loader
Retour
aux articles
Social media
Marketing digital

8 raisons d'utiliser Facebook en BtoB ?

Partager l'article
sur

Régulièrement cette phrase revient dans les discussion que j'ai avec les annonceurs. "Moi je fais du BtoB, alors Facebook ?…"
Et pourtant, Facebook est aussi utile que ses concurrents "plus spontanés", tels que Viadeo ou LinkedIn pour communiquer. Ceci, d’autant plus depuis que le numéro 1 des réseaux sociaux ne cesse de séduire les pro, avec des outils et des services adaptés à leurs exigences.

Quelques chiffres pour méditer !

75 % des acheteurs B2B utilisent les réseaux sociaux pour prendre leurs décisions d'achat(IDC)

83 % des marketeurs des entreprises B2B utilisent Facebook (Content Marketing Institute)

43 % des vendeurs B2B ont acquis des clients grâce à Facebook. (State of Inbound Marketing)

Preferendum vous donne donc 8 raisons de ne pas laisser cette opportunité de côté.

1- L’audience en premier lieu.

Avec près de 60 % de la population mondiale adulte présente sur Facebook, il paraît difficile de lui tourner le dos. Comme le souligne le turnover actuel dans les entreprises, le B2B, c’est aussi du P2P (people to people), et, donc, la capacité à recomposer et remobiliser en permanence ses cercles professionnels. Si vous n’êtes pas sur Facebook, c’est comme si vous refusiez de communiquer le numéro de téléphone de votre entreprise en quelque sorte.

2- Un outil qui va au-delà de la limite privé/professionnelle

Facebook représente aujourd’hui l’exemple type de la frontière ténue qui existe entre vie professionnelle et personnelle. D’autant plus à une époque où la notion de carrière fait partie intégrante de la réalisation personnelle des cadres. En évitant de bombarder ses cibles de contenus pour ne pas les saturer, celles-ci seront peut-être intéressées par un renvoi vers du contenu de qualité, que ce soit sur le trajet à la maison ou un jour pluvieux de vacances. On ne peut que le répéter, le B2B est aussi du P2P aujourd’hui. Dans un monde hyper connecté, les frontières B2B et B2C disparaissent pour laisser place à des individus en quête d'informations, d'expériences, de partage… Et dans ce cadre, les sujets s'enchainent : vie privée, vie professionnelle quasiment spontanément, sans que cela ne gène l'internaute.

3- Un public qui évolue

Il faut s’adapter à l’époque actuelle, qui est charnière au niveau des formes de communication. On peut identifier brièvement trois types de populations dans une entreprise : ceux qui ont débuté leur carrière avant les appareils multimédia, ceux qui sont nés durant leur développement et les digital natives qui ont toujours vécu avec les réseaux sociaux. Cette nouvelle génération a moins de scrupules à utiliser Facebook et maitrise parfaitement les différents filtres de diffusion des contenus proposés par la plateforme. Ceci lui permet d’utiliser Facebook à la manière de Viadeo ou LinkedIn.

4- Créer des événements pour tous

La fonction événement de Facebook est l’une des plus intéressantes de Facebook, aussi bien en B2C qu’en B2B. Elle peut même devenir partie intégrante de la ligne éditoriale de votre entreprise. Par définition, l’événement est en effet un concept vaste. Aussi, celui-ci peut aussi bien prendre la forme d’une session de conseils via Messenger ou Skype, d’un événement physique ou de l’annonce de l’arrivée d’une machine sur le site d’une usine.

5- Programmer les publications

Anticiper ses contenus, suivre une vraie ligne éditoriale définie à l’avance, tout en étant réactif, voilà les secrets d’une communication réussie. Avec la possibilité de programmer ses publications et sa compatibilité avec l’ensemble des outils de publication multiplateforme, Facebook s’intègre parfaitement dans une politique globale. On peut aussi antidater des contenus, une fonction appréciable en B2B où suivre l’activité au plus près n’est pas toujours nécessaire et où les petites mains manquent souvent pour le faire.

6- Un support multimédia

On peut à peu près tout publier sur Facebook, que ce soit directement ou en intégrant dans le post un contenu publié ailleurs. Une souplesse qui permet de réagir rapidement, de créer de l’animation « gratuite » à partir du partage de contenus de fournisseurs ou de clients utilisant les services de la société. Cet exemple de la page Facebook de Reiger Racing Suspension** est éloquent. Avec seulement 40 employés, pour la plupart des techniciens ou des ingénieurs, cette entreprise propose un contenu par jour, qui reprend souvent des visuels extérieurs. Suffisant pour ne travailler qu’en B2B avec certains départements sportifs des plus grands constructeurs.

7- Messenger : l’accessoire devenu outil

Alors même que Microsoft a abandonné l’écrit pour l’image avec Skype et que Google a laissé un peu de côté Hangout, Facebook a repris l’idée du Messenger et des groupes de discussion popularisés par Yahoo. Une volonté délibérée de marcher sur les platebandes des réseaux sociaux pro, le fait d’avoir la quasi-certitude qu’une bonne partie des participants est connectée en permanence en plus...

8- Analyse des performances et Facebook Ads

Facebook et les chiffres ne font plus deux. La refonte total du module de statistiques est une réussite et il est relativement aisé de connaître la portée d’un post et d’analyser le type d’audience. Deux aspects utiles pour lancer ensuite des contenus sponsorisés. Si ceux-ci sont (justement) remis en question fréquemment, le B2B a le bon goût d’être souvent très pointu dans son approche, ce qui facilite le choix des cibles et pallie le fait que celui-ci soit trop général.

Un doute sur votre stratégie Facebook ?

Rapprochez-vous de Preferendum pour un bilan de celle-ci.
Mais avant tout, n’oubliez pas que les relations entre entreprises sont aujourd’hui plus que jamais des relations de personnes, de milieux d’influence. Il faut donc s’adapter et développer des stratégies multiplateformes. A chaque social network sa stratégie, Linkedin, Viadeo ou même Twitter sont les places incontournables de l’Agora mondiale et ignorer Facebook serait une grave erreur de stratégie. Le tout est de trouver comment l'utiliser dans son dispositif.
Alors à la question : Est-ce que Facebook est un bon support B2B ?
la réponse est un OUI massif !

Je vous invite également à lire les exemples de success stories B2B ci-dessous (source Facebook)

revel

 

 

 

techsmith

cisco_webex

 

 

 

sandi-krakowski

et de retenir pour finir que :

36 % de l'ensemble du trafic des réseaux sociaux vers des sites B2B provient de Facebook. (Oracle)

**REIGER : https://www.facebook.com/ReigerRacingSuspension/